INSTRUCTIONS AUX AUTEURS
de textes proposés à Malimbus

Malimbus publie des articles de recherche, des revues de publications et des nouvelles traitant de l’ornithologie ouest-africaine.

Les Articles et les Notes Courtes doivent être des apports originaux; ceux déjà publiés ailleurs, en partie ou en totalité, seront normalement refusés. Les Notes Courtes sont des articles de moins de 1500 mots (références comprises) ou de quatre pages imprimées. Autant que possible, les manuscrits auront été au préalable soumis à au moins un ornithologue ou biologiste pour un examen minutieux. Les manuscrits seront envoyés pour critique à au moins un lecteur spécialiste.

Les textes des Nouvelles & Commentaires ne devraient pas dépasser 1000 mots.

Les textes sont acceptés en anglais et en français; la Rédaction pourra aider les auteurs dont la langue maternelle n’est pas l’une de celles-ci. Nous préférons les envois de manuscrits par email (en pièce jointe). Consultez le Rédacteur pour plus de détails, par ex. les logiciels compatibles.

Tous les Articles (mais non les Notes Courtes) comporteront un Résumé, n’excédant pas 5 % de la longueur totale. Le Résumé mentionnera brièvement les principaux résultats et conclusions de l’Article et ne sera pas un simple compte rendu de ce qui a été fait. Les résumés seront publiés à la fois en anglais et en français (ou dans la langue officielle du pays dans lequel le travail a été réalisé) et seront traduits au mieux par la Rédaction.

La présentation des tableaux, chiffres, unités métriques, références, etc. doit correspondre à celles des numéros récents. A notez, en particulier: Les noms des auteurs doivent être listés en faisant précéder le nom de famille par le prénom ou des initiales (ex. John A. Smith); les dates seront écrites “2 fév 1990” mais les mois seuls pourront être écrits en entier; les heures seront écrites “6h45”, “17h00”; les coordonnées “7°46′13″N” (pas de zéros en tête) ou en degrés décimaux jusqu’à cinq décimales (ex. 1.23456°N), mais non en minutes décimales; les nombres jusqu’à dix seront écrits en toutes lettres, excepté devant une unité de mesure (ex. 6 m); les nombres à partir de 11 seront écrits en chiffres sauf au début d’une phrase. Toutes les références citées dans l’article, et aucune autre, doivent figurer dans la bibliographie.

La séquence taxonomique et les noms scientifiques (et de préférence les noms vernaculaires) doivent suivre Borrow & Demey (2001, Birds of Western Africa, Christopher Helm, London) avec des noms (main ne pas la séquence) rectifiés de Borrow & Demey (2014, Birds of Western Africa, Bloomsbury, London), ou The Birds of Africa (Brown et al. 1982, Urban et al. 1986, 1997, Fry et al. 1988, Keith et al. 1992, Fry & Keith 2000, 2004, Academic Press, London), à moins de donner les raisons de s’écarter de ces auteurs. Cependant, les termes “Commun” et “Africain” ne doivent être utilisés que s’ils font partie d’un nom commun employé de longue date.

Les articles sur l’avifaune doivent comprendre une carte ou un index géographique, incluant tous les endroits cités. Ils doivent comporter quelques brèves indications sur le climat, la topographie, la végétation et les circonstances ou événements inhabituels avant ou pendant l’étude (ex. pluies tardives, etc.). Les listes d’espèces ne doivent contenir que des enregistrements importants: les listes complètes ne sont justifiées que pour les régions encore non étudiées ou délaissées pendant long-temps. Autrement, ne citer que les espèces sur lesquelles l’étude fournit une information nouvelle sur la répartition, la période de séjour, la reproduction, etc. Pour chaque espèce, indiquer l’extension de l’aire de répartition, une estimation d’abondance (Malimbus 17: 38) et les données datées sur la reproduction; indiquer le statut migratoire et la période de séjour seulement tels qu’ils ressortent de l’étude. Eventuellement, replacer les données dans le contexte en les comparant brièvement avec une liste régionale de référence. Les longues listes d’espèces peuvent être présentées sous la forme de tableaux (ex. Malimbus 25: 4–30, 24: 15–22, 23: 1–22, 1: 22–28, or 1: 49–54) ou sous la forme rédigée des numéros récents. Un guide plus complet à l’intention aux auteurs d’articles sur l’avifaune, comprenant l’échelle d’abondance des espèces conseillée, a été publié dans Malimbus 17: 35–39 et une version augmentée de celle-ci mise ci-dessous. La Rédaction se fera un plaisir de donner des conseils pour les études spécifiques.

Pour le dessin des Figures, et en particulier la taille des caractères, tenir compte des dimensions de la page de Malimbus. On préfère les figures préparées sur logiciel graphique et sauvegardées en haute définition. Les fichiers de basse résolution et les impressions de mauvaise qualité seront refusés. Les auteurs sont encouragés à soumettre des photographies qui illustrent des points importants de leur article. Les photographies doivent être en couleurs et de haute définition. Les figures et les photographies doivent être envoyées comme fichiers de logiciel graphique (par ex. jpg ou tif), et non pas être incluses dans un fichier de Word. Consulter le Rédacteur pour tout renseignement.

Un fichier pdf des Articles et des Notes Courtes, et une copie du numéro de publication seront envoyés gratis à l’auteur ou à l’auteur principal.

Recommandations additionnelles pour les articles sur l'avifaune

Malimbus publie beaucoup d'articles comportant des listes d'espèces endémiques, d'intérêt régional ou national. De tels articles doivent suivre, autant que possible, les indications suivantes.

1. Localités. Tout article sur l’avifaune devra comporter une carte ou un index de toutes les localités citées. Une carte doit comprendre un cadre et une échelle et le cadre doit porter les repères de latitude et de longitude. Un quadrillage complet par degré ou demi degré peut être utile, mais attention aux lignes courbes des coordonnées sur de nombreuses projections. Ne pas oublier le format de Malimbus en choisissant la taille des lettres pour les cartes. Cliquer ici pour un exemple de carte et ici pour un exemple d’index géographique.

2. Données sur le milieu. L'article doit comprendre des indications brèves sur le climat, la topographie et la végétation. Il doit aussi examiner les conditions climatiques, l'état de la végétation et les événements inhabituels survenus avant ou au cours de l'étude (p.ex. des pluies prolongées, tardives ou anormalement abondantes, les feux, les invasions de sauterelles etc.).

3. Résultats: liste d'espèces. Les listes ne doivent comporter que des informations nouvelles et importantes. Les listes complètes pour des pays ou des zones plus restreintes, qui révisent ou confirment des connaissances précédentes, ne se justifient que pour des régions encore peu étudiées, ou inexplorées pendant de nombreuses années, ou lorsque les conditions ont radicalement changé. Autrement, ne mentionner que les espèces pour lesquelles l'étude fournit des informations vraiment nouvelles sur l'aire de répartition, la période de résidence, la reproduction etc. Pour chaque espèce, indiquer quand c'est possible : le statut migratoire (résident, migrateur Paléarctique, migrateur intra-africain etc.); période de résidence (seulement telle qu'elle ressort de l'étude, ne pas supposer le statut de résident pour les espèces normalement résidentes); extensions de l’aire de répartition ; estimation d'abondance et données datées sur la reproduction. L'estimation d'abondance doit, quand c'est possible, suivre le schéma suivant:

Très Abondant (TA)

>100 peuvent être vus ou entendus dans le milieu convenable tous les jours

Abondant (A)

11-100 visibles ou entendus dans le milieu convenable tous les jours

Commun (C)

1-10 peuvent être vus ou entendus dans le milieu convenable tous les jours

Fréquent (F)

vus souvent mais pas tous les jours

Pas rare (PR)

plusieurs données par an

Rare (R)

une donnée pour plusieurs années (résidents)

Accidentel (A)

une donnée sur plusieurs années (non résidents)

Les données sur la reproduction doivent être datées avec précision, de façon à pouvoir extrapoler le mois de ponte. Présenter les observations originales (p.ex. « jeune récemment envolé 10 mars » ; neuf femelles sur 15 capturées ont la plaque incubatrice au Stade 3, 1-14 juin »), plutôt que l'extrapolation. Les données extrapolées ne seront utilisées que dans des analyses séparées de saison de reproduction pour une population ou l’avifaune.

Quand c'est le cas, placer les données dans le contexte en les comparant brièvement avec une liste régionale reconnue. On peut le faire en résumant la distribution connue jusqu'ici, ou les dates de présence, ou la saison de reproduction (nécessaire pour replacer votre propre observation dans le contexte), entre crochets à la fin de l'exposé sur les espèces.

Les longues listes d'espèces peuvent être présentées sous forme de tableaux (p. ex. Malimbus 12 : 39-51, 1 : 22-28, ou 1 : 49-54), si les données peuvent être abrégées de cette façon, ou sous forme rédigée comme dans les récents numéros (p.ex. Malimbus 12 : 19-24, 12 : 61-86, 13 : 49-66, 16 : 10-29). Mettre les noms de Famille en sous-titres dans les listes systématiques. Dans les listes et les tableaux, présenter le nom scientifique avant le nom vernaculaire. Cliquer ici pour des exemples d’extraits de listes en tableaux et ici pour des listes rédigées. Pour consulter en ligne les articles complets contenant ces exemples, cliquer ici.

Publications